Il faut que cela change et moi aussi.

Le hashtag « metoo » n’a pas vraiment été révélateur pour moi de tout ce que vivent les femmes au quotidien, ça je le savais depuis beaucoup plus longtemps. Il a été pour moi plus comme un rappel  et m’a fait ressasser des souvenirs dont je ne parlerai pas ici par préservation de mon histoire personnelle. Rien d’horrible ou de macabre, juste des rappels d’un comportement que nous avons tous, dû à l’éducation que nous impose notre société et qui n’est en rien respectueuse du genre féminin ou neutre. Il a été aussi pour moi un gros poids lourd sur le cœur, comme une sensation de malaise quant au rappel que bon nombre des filles et femmes de notre entourage subissent des outrages.

Du coup, ce hashtag est l’occasion de vraiment une bonne fois pour toute partir vers quelque chose de neuf et de plus égalitaire. Personnellement, cela passe par une étude et une utilisation de l’écriture inclusive, mais aussi tout simplement à assumer que j’ai eu des comportements sexiste comme laisser passer des blagues misogynes et même en rire. Pour ce dernier point je pense que l’on peut toujours rire de tout, mais cela dépend avec qui. Il faut toujours penser que sa liberté s’arrête là où commence celle d’autrui et avoir conscience de l’impact et du message que cela peut faire passer. Enfin bref, je m’attarde à assumer mon ancien comportement pour en construire un de plus sympathique et juste.

Je pense sincèrement que nous pouvons faire avancer les choses si nous acceptons simplement  de regarder sous un autre angle les événements et en acceptant les faits Les femmes vivent dans un climat de tension que nous, les hommes, entretenons et cela doit changer. Surtout quand cela en devient pernicieux au point que hommes comme femmes entretiennent ce non-respect.

Donc regardez un peu par quoi vous êtes passé·e·s, pensez à comment vous agissez maintenant et regardez tout ça par le prisme du « #metoo » et vous verrez qu’on est tous fautif·ve à un moment. Je l’ai été. Une fois ceci fait, ne vous blâmez pas, on nous a conditionné·e à ça. Plutôt que de se blâmer il faut surtout juste changer son comportement, briser ce conditionnement et être
plus à l’écoute de ce qui se passe autour de nous et s’éduquer.
L’Éducation est la clé.

Mehdi